Rechercher
  • Yorecords Production

Les Modes Grecs

Dernière mise à jour : mai 31




Les Modes Grecs, qu’est-ce que c’est ?


La musique modale est généralement conçue aujourd'hui en référence aux échelles modales. Les applications et les principes théoriques qui régissent l'utilisation de ces échelles diffèrent selon les époques et les endroits. Par exemple, la façon dont ces échelles étaient pensées et utilisées dans le plain-chant au Moyen Âge diffère sensiblement de la pratique moderne. Historiquement, la pratique modale ancienne a été abandonnée à la fin de la Renaissance pour laisser place au système tonal fondé sur deux modes exclusifs — les modes majeur et mineur. La pratique modale a été redécouverte et adaptée aux principes harmoniques modernes au cours du XIXe siècle. Notamment par Miles Davis.


L’utilisation des Modes dans le jazz.


Dès 1958, Miles Davis s'intéresse aux climats créés par l'improvisation modale, notamment dans son album Milestones : dans le titre éponyme, le pianiste Red Garland joue des séquences d'accords répétés pendant que les solistes improvisent en mode dorien (mode de ré) et en mode éolien (mode mineur naturel). En 1959, Miles Davis poursuit ce travail avec Bill Evans dans l'album Kind of Blue, où la pièce So What est fondée sur le même type de construction (mode dorien transposé) qui inspirera également John Coltrane (Impressions, 1961).


Pourquoi devriez-vous apprendre les modes ?


C’est une bonne question. En cas de panne créative, l’utilisation des modes est l’alternative la plus simple au recyclage infini des gammes majeures dans lequel chacun peut parfois se complaire.

Cet article vous montrera comment construire (et intégrer) chaque mode, le son distinct de chacun d’entre eux et les façons dont ils peuvent être explorés plus en profondeur.


Quels sont les modes musicaux ?


Les modes musicaux sont des types de gammes qui ont des caractéristiques mélodiques distinctes. Les 7 modes, Ionien, Dorien, Phrygien, Lydien, Myxolydien, Éolien et Locrien, proviennent des formes de musique occidentales les plus anciennes qui nous soient connues.

Avant que l’approche mathématique consistant à diviser les octaves en 12 tons égaux ne se répande, le système de référence de la musique était exclusivement basé sur les modes.

Avant qu’un découpage universel qui puisse être transposé en plusieurs gammes n’apparaisse, donc, 7 modes différents possédant chacun sa structure étaient utilisés.

Dans les premières formes de musique qui nous soient connues, les modes possédaient un rôle semblable à l’utilisation actuelle des gammes.

Aujourd’hui, l’appellation de « musique modale » se réfère à la musique où les modes sont utilisés comme référence structurelle et harmonique, plutôt que l’approche usant des gammes, aujourd’hui plus commune.


Comment les modes peuvent aider dans le processus d’écriture ?


Chaque mode possède sa propre couleur et sa propre humeur. Leur signature mélodique propre peut apporter beaucoup de dramaturgie et de fraîcheur à votre musique. En faire l’apprentissage n’est d’ailleurs pas si compliqué. Une fois que vous commencerez à expérimenter avec les modes, vous reconnaîtrez rapidement les sonorités et les couleurs que chacun peut contribuer.


Comment construire les modes?


Le son de chaque mode provient de sa construction spécifique. Qu’est-ce qui les différencie et comment se souvenir de ces distinctions?

Les modes possèdent un ordre et connaître celui-ci se révèlera utile par la suite. Petit moment mnémotechnique en anglais, histoire de faire chauffer son cerveau : I Don’t Particularly Like Modes A Lot » ! Voilà les premières lettres de chaque mode dans une même phrase.

Voici l’ordre en question (histoire de rester dans le bilinguisme, les versions anglophones que vous rencontrerez fréquemment sont ici présentes entre parenthèses) :


1. Ionien (Ionian)

2. Dorien (Dorian)

3. Phrygien (Phrygian)

4. Lydien (Lydian)

5. Myxolydien (Mixolydian)

6. Éolien (Aeolian)

7. Locrien (Locrian)



Si vous avez jusqu’à présent surtout composé en utilisant les gammes majeures et mineures les plus communes, vos prochains morceaux pourront définitivement bénéficier d’un peu de saveur modale !

Nous allons procéder ici à la construction de chaque mode en relation à la gamme de C (Do) majeur en nous référant au passage à des morceaux existants, histoire de vous aider à comprendre le potentiel de chaque mode.


Mode Ionien


Commençons avec la gamme majeure. Elle est équivalente au premier mode : Ionien.

Puisque votre clé restera la même dans tous les modes, vous pourrez jouer chacun d’entre eux en vous basant sur C majeur.

Comme vous pouvez le constater, C majeur n’a pas de dièse ou bémols, et n’implique donc que les touches blanches du clavier. Donc : C-D-E-F-G-A-B-C

Puisque les notes sont les même au sein des différents modes, chaque mode sera joué en correspondance à l’accord dominant lui correspondant pour expliciter sa couleur.


Mode Dorien


Pour le mode Dorien, écrivez la gamme de C (Do) mais plutôt que de vous arrêter à l’octave (C), continuez jusqu’à la note suivante comme si vous continuiez jusqu’à l’octave de (D).

Si nous effaçons le C par lequel nous avons commencé, nous avons désormais une gamme de 8 notes s’étendant de D1 à D2. Il s’agit ici du second mode : D Dorien.

Vous pourrez remarquer qu’il est assez similaire à la gamme de D mineur.

Similaire, oui, mais avec tout de même des différences notables. Le 6ème degré est naturel, mais le 7ème en revanche possède un bémol. C’est ce bémol qui rend le mode Dorien distinct des autres gammes mineures et lui donne son caractère particulier.


Mode Phrygien

Maintenant, écrivez la prochaine note dans la gamme. Si vous effacez le D, vous obtiendrez une autre gamme de 8 tons allant de E1 à E2. Il s’agit du troisième mode : E Phrygien.

Il est similaire au mode mineur, mais le bémol du deuxième ton de ce mode lui donne une saveur particulière.

L’intervalle mineur du deuxième ton a un son immédiatement reconnaissable. Le deuxième accord dans la progression d’ouverture de « Pyramid Song » de Radiohead est construit sur le bémol du deuxième ton du mode Phrygien :


Mode Lydien

Le mode Lydien est le quatrième mode. Si vous écrivez la prochaine note de la gamme vous obtenez un F Lydien. « Bull in the Heather » de Sonic Youth fait la part belle à la quatrième note augmentée du mode Lydien dans la mélodie de guitare des couplets.


Mode Myxolydien



Le mode Myxolydien est le 5ème mode. Si vous continuez d’utiliser la méthode initiée plus haut, décaler le tout d’un ton vous donnera G Myxolydien.

Le mode Myxolydien possède certaines caractéristiques de la « gamme blues » de par le bémol de son 7ème ton.

Vous pourrez percevoir ce mode dans la mélodie présente sur le sitar et les vocaux du morceau «Norwegian Wood » des Beatles :


Mode Eolien

Le mode Éolien est le sixième mode. En décalant à nouveau les choses d’un ton, vous obtenez A Éolien. On appelle également ce mode « mineur naturel », parce qu’il s’agit d’une gamme mineure sans le 6ème ou 7ème ton augmenté des modes mineur mélodique ou mineur harmonique.

Le mode Éolien est utilisé comme le son mineur par défaut dans la musique pop que l’on connaît aujourd’hui, mais il trace son chemin depuis bien plus longtemps dans l’histoire de la musique.

« Losing my Religion » de R.E.M utilise généreusement le mode Éolien. Puisque nous sommes très accoutumés à ce son, il peut être plus difficile de percevoir les intervalles modaux impliqués. Dans le cas présent, il peut être judicieux d’écouter la qualité de l’accord dominant. Lorsque celui-ci est mineur, on se situe dans le territoire du mode Éolien.


Mode Locrien



Le mode Locrien est le 7ème mode. Il est utilisé moins fréquemment que les autres modes, donc assez peu d’exemples de celui-ci circulent.


Ceci ne doit pas être perçu comme une exclusion de ce mode, que vous devriez définitivement explorer en usant des méthodes utilisées jusqu’à présent.

La gamme d’origine : comment retrouver n’importe quel mode

Vous venez d’apprendre la méthode de la gamme d’origine pour construire les modes. Vous pouvez désormais construire n’importe quel mode tant que vous vous souvenez de sa place dans l’ordre des modes.

Rebroussez chemin jusqu’à la gamme d’origine pour déterminer la structure du mode.

Exemple : E Éolien ? Éolien est le 6ème mode. De quelle gamme majeure est-ce que E est le 6ème degré ?

Correct, il s’agit de G. Donc, E Éolien est simplement la gamme de 8 notes qui commence et finit par E en utilisant les mêmes notes que G Majeur.

Bien connaître vos gammes et leurs altérations est un must pour bien procéder avec les modes. C’est pourquoi le cercle des quintes est un bon outil pour écrire de façon modale.

Une fois que vous comprendrez le concept de gamme d’origine pour découvrir les différents modes, vous commencerez à observer des motifs.


Il est peut-être temps de mentionner une autre méthode pour se souvenir des modes, elle pourra servir…

Les formules de gammes

Je suis certain que vous avez remarqué : les modes partagent de nombreuses similarités avec soit les gammes majeures soit les gammes mineures.

Si vous savez si un mode est généralement majeur ou mineur, vous pouvez utiliser les gammes comme bases et altérer les tons d’après ce système. Voici les formules pour les différents modes.


Ionien – Majeure (pas de notes altérées)

Dorien – Mineure + 6ème naturelle, 7ème bémol

Phrygien – Mineure + 2ème ton bémol, 6ème bémol, 7ème bémol

Lydien – Majeure + 4ème dièse

Myxolydien – Majeure + 7ème bémol

Éolien – Mineure + 6ème bémol, 7ème bémol

Par exemple, admettons que nous voulions jouer A Lydien. Il nous faudra nous souvenir que Lydien est un mode majeur, donc nous pourrons commencer avec la formule de A majeur pour la gamme en question : F#, C#, G#

Puisque nous savons que le mode Lydien content un dièse sur la 4ème ton de la gamme, nous pouvons donc simplement ajouter D# à nos altérations existantes pour obtenir ce mode.


Maintenant que vous connaissez la formule basée sur les différentes gammes, essayez de transposer chaque mode à la gamme de C et essayez de les jouer par-dessus les modes correspondant aux différents accords majeurs et mineurs en C.

Ceci vous aidera à intégrer ce qui rend chaque mode distinct.

Parmi ces deux méthodes, il se peut que vous trouviez que la méthode consistant à altérer la gamme majeure ou mineure est plus aisée. Ceci dit, la méthode impliquant la gamme d’origine se révèlera pratique lorsque vous plongerez dans des modes plus avancés.


Comment construire votre propre musique modale?


Si vous avez exploré les différents modes, vous commencez sans-doute à commencer à avoir un ressenti de leur sonorité.

En pratique, il est judicieux de penser aux modes comme à la palette d’un spectre de couleurs, des plus sombres aux plus lumineuses.

En pratique, il est judicieux de penser aux modes comme à la palette d’un spectre de couleurs, des plus sombres aux plus lumineuses.


Pour généraliser :


Les Modes avec plus de tons « abaissés » ou avec bémols sont d’humeur plus sombre.

Les Modes avec plus de tons « relevés » ou avec des dièses sont généralement considérés comme plus légers.

Il s’agit d’un raccourci mental assez pratique pour trouver quels modes sont adaptés à votre écriture. Besoin d’un son plus sombre que la gamme mineure classique ? Le mode Phrygien est là pour vous.

En quête de quelque chose de simultanément léger et relevé? Le mode Lydien sera sans-doute votre allié.

Il se peut que vous trouviez vos propres connexions synesthétiques aux différents modes tandis que vous en faites l’apprentissage, il n’y a pas réellement de bonne et mauvaise réponse en la matière.

Astuce : Si vous avez suivi de près les exemples cités tout au long de l’article, vous aurez sans-doute remarqué que certains des morceaux possèdent les caractéristiques des différents modes dans leur ligne mélodique, tandis que d’autres les utilisent dans l’harmonie.

Besoin d’un son plus sombre que la gamme mineure classique ? Le mode Phrygien est là pour vous.

Vous pouvez construire des accords spécifiques à chaque mode, mais c’est une autre histoire !

À suivre…

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout